Partenariat solidaire : la mutuelle Just associée aux Mamies tricoteuses de Marly

Comme de nombreuses personnes en France, la Mutuelle Just a découvert le superbe travail des Mamies tricoteuses il y a deux ans. Depuis, un partenariat solidaire a vu le jour entre nos deux structures. Cette section de l’Amicale laïque de Marly a eu la bonne idée de profiter de la présence en son sein de retraités aux doigts de fée et au cœur d’or pour développer une gamme de layettes spécifiques pour les bébés prématurés. Parmi ces généreuses mamies, nous rencontrons aujourd’hui Nadine, l’une des benjamines du groupe, adhérente de notre mutuelle depuis quatre ans.

Rue Barbara. Marly. En arrivant à l’atelier des tricoteuses, nous tombons nez à nez avec Nadine en plein travail. Une maille à l’endroit, une maille à l’envers : le tricot prend forme. « Nous avons chacune nos spécialités, indique la quinquagénaire. Moi, c’est la couverture pour le peau à peau. Ce n’est pas trop difficile. C’est bien pour moi qui ait besoin de faire travailler mes mains ». Car, si Nadine s’est remise au tricot, c’est parce que c’était nécessaire : « Je suis atteinte de sclérose en plaques, précise-t-elle sans fausse pudeur. Au bout d’un moment, j’ai dû faire le deuil de mon activité salariée et j’avais besoin de rester active. J’ai vu un reportage à la télé sur cette association : trouver un moyen de garder ma dextérité tout en agissant pour une bonne cause, aussi près de chez moi, c’était juste parfait ».

« Quand je vois un bébé de 500 grammes qui se bat pour survivre, je me dis que je n’ai pas le droit de me plaindre »

Son engagement, Nadine en a fait une philosophie de vie : « Quand je vois un bébé de 500 grammes qui se bat pour survivre, je me dis que je n’ai pas le droit de me plaindre. Ça m’aide à avancer, à oublier ma propre maladie ».

C’est devant la télévision que Nadine aime se mettre à l’ouvrage. « Je tricote devant la télé. Une fois, on regarde « Scènes de ménages » et il y a une scène où Huguette tricote. On se regarde avec mon mari et on se dit : « non, on ne ressemble quand même pas au vieux couple de la série » », plaisante-t-elle.

La Mutuelle Just solidaire de la collecte de laine des Mamies tricoteuses

Regarder la télé est une chose, mais y passer régulièrement en est une autre. Comment Nadine vit-elle la médiatisation autour de son activité et de celles de ses consœurs ? « Ça ne me dérange pas. Au contraire, si ça peut nous aider à recruter ou à obtenir du fil à tricoter, je veux bien participer à tout ça ». Et la Mutuelle Just participera également en faisant prochainement de ses agences des relais pour recueillir des dons de fil.

L’avenir pour Nadine et les tricoteuses est radieux, mais studieux. Avec 1200 pièces livrées à la maternité de Valenciennes en six mois, soit l’équivalent de toute la production 2018, la demande n’est pas prête de manquer. D’ailleurs, Nadine aimerait prochainement aller à la rencontre des parents de bébés prématurés à la maternité de Valenciennes « juste pour voir la réaction des parents quand on leur remet les vêtements. Ça doit être émouvant ». Cela fera une preuve de plus du bonheur que ces petits tricots peuvent créer.

Partager sur :