logosanteI

Les actualités de la mutuelle Just' :

Vie de la mutuelle, derniers événements marquants, retrouvez ici toutes les actualités de la mutuelle Just.

Commet comprendre les cotisations en complémentaire santé collective

Par Utilisateur non trouvé | déc. 09, 2015


Tous les professionnels du secteur de l'assurance sont dans la course à la généralisation de la complémentaire santé au 1er janvier 2016. L'ANI de 2013 puis la loi de sécurisation de l'emploi du 14 juin 2013 semblent avoir été compris par tous, les différents décrets d'application sont parus : celui du 8 septembre 2014 sur le panier minimal, celui du 18 novembre 2014 relatif aux critères responsables, ou encore celui du 11 décembre 2014 concernant le degré élevé de solidarité. Mais une grosse zone d'ombre demeure et concerne la portée des cotisations déterminées par les accords conclus dans le cadre des branches et des conventions collectives. 

 

 

L'imprécision de la loi concernant les cotisations en santé

 

La loi de sécurisation de l'emploi apporte son lot d'incertitude dès son article 1. En effet, l'article L. 911-7 du Code de la sécurité sociale créé à cette occasion précise que le financement de la complémentaire santé collective doit être pris en charge au minimum à 50% par l'employeur. Aucune référence au montant de la cotisation n'est prévue. 

L'article référent, L. 911-1 du Code de la sécurité sociale, précise quant à lui que ce sont uniquement les garanties collectives qui sont déterminées par voie de conventions ou d'accords collectifs. Il faudrait donc en retirer que les accords collectifs conclus dans les conventions collectives nationales ne devraient porter que sur les garanties à apporter aux salariés. Pourtant, tous les accords, ou presque, conclus dans le cadre des conventions collectives, précisent le montant des cotisations. C'est par exemple le cas de l'accord récemment signé par les partenaires sociaux dans les ateliers et chantiers d'insertion qui détaille les cotisations pour l'affiliation du salarié isolé, de chaque enfant, ou du conjoint du salarié participant. 

Seuls quelques rares accords sont silencieux sur l'étendue des cotisations et se limitent à préciser le taux de prise en charge minimale de la cotisation au régime de base par l'employeur. Par exemple, l'accord signé dans le négoce de l'ameublement prévoit une prise en charge à hauteur de 60% sans préciser le montant de la cotisation, tandis que l'accord conclu dans la blanchisserie interrégionale demande à ce que l'employeur prenne en charge 50% de la cotisation au régime de base.

Les organismes assureurs sont tenus de respecter aussi bien les dispositions légales que les dispositions conventionnelles plus favorables. Ils doivent alors tenir compte du degré de répartition de la cotisation au régime frais de santé prévu par les partenaires sociaux lors de la proposition d’un contrat collectif. 

 

Sur quelles cotisations en santé s'applique la prise en charge à 50% ?

 

La loi prévoit que le financement de la complémentaire santé collective doit être prise en charge à 50% au minimum par l'employeur. Mais cette répartition est interprétée de plusieurs manières selon les interlocuteurs. 

Ainsi, le MEDEF considère que la loi doit être lue strictement et que la part des cotisations prise en charge par l'employeur ne doit être de 50% que pour les garanties correspondant au panier de soins minimal prévu par le décret du 8 septembre 2014. Cette interprétation stricte du MEDEF semble déranger la direction de la sécurité sociale, tout comme le Gouvernement, qui apportent des modifications tendant à clarifier, dans le sens le plus large possible, l'application de la prise en charge à 50% de la cotisation globale au régime frais de santé par l'employeur. 

En effet, l'article 22 du PLFSS pour l'année 2016 modifie l'article L. 911-7 du Code de la sécurité sociale pour qu'il ne vise plus la "couverture minimale" que revendique le MEDEF, mais bien "la couverture des salariés en matière de remboursement complémentaire des frais occasionnés par une maladie, une maternité ou un accident". Cette disposition aura pour effet de contraindre les employeurs à prendre en charge au moins 50% de la cotisation au régime complémentaire frais de santé de base du salarié. 

 

 

Comment interpréter les cotisations en santé négociées par les partenaires sociaux ?

 

La plupart des accords relatifs aux frais de santé signés dans les branches ou les conventions collectives précisent le montant des cotisations au régime frais de santé. Mais si l'interprétation de ces dispositions est encore imprécise, quelques clarifications peuvent toutefois être apportées. 

Des cotisations maximales en santé imposées par accord

 

D'abord il faut bien savoir que les cotisations définies par un accord relatif aux frais de santé sont des maxima et non des minima. C'est-à-dire que, sauf disposition contraire, les organismes assureurs ne peuvent pas proposer de cotisations supérieures à ce qui est prévu par l'accord. En revanche, les organismes assureurs peuvent proposer des prix plus attractifs et inférieurs à ce qui est prévu par l'accord. 

Mais dans certains accords, les cotisations sont des sommes imposées dans des conditions spécifiques. C'est ce qui arrive avec l'accord santé de l'animation socioculturelle qui fixe les cotisations qui doivent être respectées par le contrat en cas d'affiliation à l'un des organismes assureurs recommandés. Ces cotisations sont fixes et les organismes recommandés ne peuvent ni proposer des cotisations moins élevées, ni proposer des cotisations plus importantes. En revanche, tous les organismes non recommandés ont le champ libre ! Leur seule obligation est de respecter une prise en charge, à 50%, de la cotisation au régime obligatoire de base.

Des cotisations en santé susceptibles d'évoluer

 

La volatilité des cotisations est un élément à prendre en compte. Les partenaires sociaux peuvent décider de fixer un prix fixe sur un temps donné et de modifier le montant de la cotisation pour les années suivantes : c'est ce qui a été négocié par les partenaires sociaux dans l'accord du 7 octobre 2015 conclu dans les bureaux d'études techniques et sociétés de conseils. La cotisation recommandée par les partenaires sociaux pour financer le régime de base s'élève à 45 euros pour l'année 2016 et passe à 47 euros pour les années suivantes, sauf si le régime est excédentaire. 

Il existe aussi de nombreux accords collectifs relatifs aux frais de santé dont le montant de la cotisation est basé sur le plafond mensuel de la sécurité social (PMSS). Ce plafond est amené à évoluer chaque année par arrêté ministériel.

Un dernier élément à prendre en compte pour les organismes assureurs est le pouvoir d'intervention du comité paritaire de suivi du régime frais de santé au sein d'une branche ou d'une convention collective. Cette commission a la possibilité de réviser les modalités de financement du régime selon son état.

 

Les organismes assureurs limités par les cotisations des accords santé

 

La liberté de l'organisme assureur pâtit grandement des maxima imposés par les accords collectifs au niveau des cotisations en santé. En effet, si l'organisme assureur ne peut aller au-delà des cotisations maximales imposés par un accord santé, cela bride nécessairement le montant des garanties qu'il peut proposer dans le contrat de complémentaire santé de base. 

La liberté de l'organisme assureur est alors mise à mal, même s'il n'est pas recommandé : il doit se conformer aux dispositions de l'accord collectif. Par exemple, dans le secteur de la librairie, les organismes assureurs doivent prévoir une cotisation maximale de 1,20% du plafond mensuel de la sécurité sociale (PMSS) pour le salarié seul, 1,20% du PMSS également pour le conjoint, pacsé ou concubin du salarié, et 0,68% du PMSS par enfant à charge avec la gratuité à compter du 3e enfant. Les organismes assureurs ne peuvent pas demander de cotisations plus élevées pour le régime de base et ne peuvent donc pas proposer de garanties plus favorables. 

L'astuce utilisée par les professionnels du secteur est de proposer des options auxquelles les salariés peuvent adhérer de manière facultative. Les cotisations aux régimes optionnels peuvent alors être plus élevées et permettre de proposer des garanties plus favorables aux salariés.


Si un assureur veut proposer une couverture plus favorable que ce qui est prévu par accord entre partenaires sociaux, il peut donc proposer des régimes optionnels à adhésion facultative en prenant soin de vérifier, le cas échéant, que les cotisations maximales à ce type de régime sont respectées.



LES JUST' AVANTAGES

Avec Just', être adhérent, c'est bénéficier de nombreux avantages

 
La Licence Sportive Just' offre une participation financière sur la licence sportive pour un montant maximum de 40€* .

Le Tiers Payant
 Grâce au réseau iSanté, reconnu sur l'ensemble du territoire national, aucune avance de fonds à prévoir.

Le Sport sur Ordonnance La mutuelle Just s'engage dans la prévention par le sport. Pour les personnes désireuses de préserver leur capital santé, la mutuelle rembourse les séances collectives et les bilans de santé dans son centre Just Moove et dans les structures labellisées "sport santé". 

Votre Espace dédié sur votre espace adhérent sur just.fr Informations sur vos remboursements, accès à vos garanties santé...

 

* offre soumise à conditions. Pour la campagne 2016/2017 Règlement disponible sur simple demande
JUST' POUR TOUS

Pas d'avance d'argent grâce à la Carte de Tiers Payant.

Adhésion sans condition, sans frais de dossier, ni questionnaire médical pour une couverture santé immédiate.

Suivi personnalisé de votre contrat

Pas de délais de carence

Mutuelle ouverte à tous quels que soient votre situation, votre âge ...

Assistance 24h/24 et 7j/7 incluse
  • Aides ménagères en cas d'hospitalisation, services à la personne
  • Acheminement médicaments, école à domicile, frais médicaux à l'étranger
  • Assistance juridique, médicale, vie quotidienne ...
  • Perte d'autonomie, protection juridique
Mutuelle JUST'
Just sur Android
Just sur Apple Store